http://www.batidal.be

Plus d'information?

FAQ

Foire aux questions

Par où commencer pour l’isolation thermique de sa maison ?

La chaleur s’échappe d’une maison mal isolée à :

  • 30% par les combles et la toiture : c’est la priorité en termes d’isolation
  • 25% par les murs
  • 10-15% par les vitres et fenêtres
  • 7-10% par les sols

Comment fabrique-t-on la laine de verre ?

La laine de verre est obtenue en chauffant des tessons de verre (env. 40%), du carbonate de calcium (env. 60%), du dioxyde de silicium et du carbonate de soude. Les fibres issues du processus de production sont ensuite liées avec un liant thermodurcissable.

Où dois-je poser le pare-vapeur lorsque j’isole ?

Toujours poser le pare-vapeur du côté chaud de la construction.

Tous les produits conviennent-ils tant pour l’extérieur que l’intérieur ?

Non, les produits destinés spécifiquement aux applications extérieures reçoivent un traitement spécial au silicone lors du processus de production. Grâce à ce silicone, le matériau isolant est durablement hydrofugé. En revanche, les produits pour l’extérieur peuvent toujours être utilisés à l’intérieur.

La laine minérale est-elle nuisible pour la santé ?

Non, le Conseil de la santé de l’UE a conclu en 1995 que la laine minérale ne présente aucun risque pour la santé pendant et après la production mais aussi lors de la mise en œuvre. Cette conclusion a été reprise par les Etats membres.

Comment la laine minérale réagit-elle en cas d’incendie ?

La laine minérale est reprise dans les classes de réaction au feu les plus élevées (A1/A2) conformément aux nouvelles normes européennes. Elle est incombustible et ne contribue pas à la propagation du feu. Exposée au feu, elle ne libère ni fumée ni gaz toxiques. La laine minérale permet donc de réaliser des constructions plus résistantes au feu.

Quelle est la différence entre valeur Rd et valeur Rc ?

Rd est le coefficient de résistance thermique de l’isolant, exprimé en m².K/W Rc est le coefficient de résistance thermique de toute la construction, exprimé en m².K/W

Toutes les laines minérales sont-elles compressibles ?

Non, seuls les produits en laine de verre sont compressibles.

Puis-je laisser les palettes de laine de verre Knauf Insulation à l’extérieur ?

Oui, l’emballage de Thermolan vous offre la possibilité de stocker les produits sans problème à l’extérieur.

Moisissure

La laine de verre ne craint pas l’humidité, elle résiste à la moisissure et ne constitue pas un terrain propice à la formation de moisissures et bactéries.

Isolation au polyuréthane (PUR) ou au polyisocyanurate?

Performances thermiques et phoniques de cet isolant

Le Polyuréthane (PUR) est un matériau fréquemment utilisé pour combler les défauts d’isolation. C’est un produit léger (masse volumique de 40 kg/m3) efficace et adaptable.

Il est dangereux en cas d’incendie car il dégage des isocyanates, du monoxyde de carbone et de l’acide cyanhydrique. Les substances ignifuges du polyuréthane peuvent également dégager des gaz toxiques pour le système nerveux de l’homme sous l’effet d’une forte chaleur.
Le polyuréthane est l’un des isolants thermiques les plus performants, avec un coefficient de conductivité thermique de 0,022 à 0,030 W/m.K. C’est en panneaux qu’il atteint le meilleur de ses qualités. En revanche, il est plus médiocre sur le plan phonique.

Le polyisocyanurate

Le polyisocyanurate est une variante du polyuréthane. Son coefficient de conductivité thermique est de 0,024. Il est disponible en panneaux.

Conditions de pose du polyuréthane

Judicieux en rénovation comme en construction, le polyuréthane est proposé en mousse ou en panneaux. Sous forme de mousse, il convient particulièrement aux parties difficiles d’accès, où elle peut être projetée. Elle assure ainsi l’isolation et l’étanchéité à l’air. Dans les deux cas, le PUR s’emploie pour les toitures, toitures-terrasses, sols ou doublage des murs.

Longévité du polyuréthane

  • Le polyuréthane supporte bien la compression.
  • L’humidité ne l’altère pas.
  • Le polyuréthane laisse migrer la vapeur d’eau de l’intérieur vers l’extérieur, grâce à la microporosité de sa structure. Il n’a donc pas besoin de pare-vapeur pour éviter les phénomènes de condensation et l’humidité qui s’ensuit.

Énergie grise.

Le polyuréthane, fruit d’un processus de fabrication industriel, affiche un bilan en énergie grise élevé (1 100 kWh/m3). À sa décharge, cet isolant est recyclable par broyage ou traitement chimique.

Pourquoi ventiler ?

Il pourrait paraître contradictoire d’isoler parfaitement la maison pour ensuite l’aérer “artificiellement”. Beaucoup de gens sont convaincus qu’il existe un problème de surisolation, sans doute à cause de la présence de moisissures etc.Il n’en est rien. L’isolation thermique et la ventilation sont deux choses bien distinctes et ont des fonctions différentes. Il est vrai cependant qu’une bonne isolation ne peut être mise en œuvre qu’avec un bon système de ventilation car l’isolation d’un bâtiment, quand elle est bien faite, le rend toujours plus étanche à l’air. Or, si l’air vicié n’est pas évacué et remplacé par de l’air frais, des problèmes d’humidité, de condensation et de moisissures se poseront immanquablement. Cependant, ceux-ci ne seront pas dus à une isolation excessive, mais à un défaut de ventilation.

Une question?

Qu’est-ce qu’une toiture froide ?

La toiture froide désigne la toiture plate dont l’isolant est placé en dessous du support de l’étanchéité avec une lame d’air ventilée interposée.Jadis régulièrement mis en oeuvre, ce système est actuellement complètement dépassé et est à proscrire.

En effet, l’isolation d’une toiture plate par ce système provoque presque inévitablement de la condensation interne.

La vapeur d’eau qui migre de l’intérieur vers l’extérieur se condense sur le support d’étanchéité, dans l’isolant ou dans l’espace aéré et retombe sur l’isolant. La ventilation réelle de la lame d’air est souvent plus faible que celle nécessaire.

Le support d’étanchéité est parfois beaucoup plus froid que l’air extérieur de ventilation dont la vapeur se condense sur la face inférieure de l’étanchéité (surrefroidissement).

Lorsque le plafond n’est pas étanche à l’air, l’air intérieur chaud est aspiré dans l’espace ventilé et s’y condense d’autant plus que les courants d’air sont importants.

Cette condensation peut entraîner l’altération de l’isolant et la suppression de son efficacité, la pourriture des planchers, le gel des matériaux, le décollement ou le ramollissement des matériaux agglomérés, le développement de moisissures, etc.

Variantes

De même que l’on évitera de réaliser des toitures froides, on s’abstiendra en règle générale de placer l’isolant à la face inférieure du plancher de toiture, dans un faux plafond, ou entre le plancher et le béton de pente.

Qu’est-ce qu’une toiture chaude ?

La toiture chaude désigne la toiture plate dont l’isolant est placé sur le support sans lame d’air entre les différentes couches.
L’isolant est recouvert par la membrane d’étanchéité, qui le protège. Il reste donc sec et conserve ainsi toutes ses caractéristiques thermiques.
Dans la plupart des cas un écran pare-vapeur doit être interposé entre le support et l’isolant. (En cas de rénovation, il peut s’agir de l’ancienne étanchéité que l’on décide de conserver).Le lestage n’est pas nécessaire. L’isolant et la membrane peuvent être fixés mécaniquement ou par collage. Il est dans ce cas relativement léger, et peut être appliqué sur des structures existantes qui ne supportent pas une augmentation de charge.

Cas particulier : la toiture compacte

Dans une toiture compacte, l’isolant en plaques de verre cellulaire est directement collé sur le support dans un bain de bitume chaud. Les joints entre les plaques sont remplis de bitume. L’étanchéité est ensuite collée en adhérence totale sur l’isolant, soit à la flamme, soit au bitume chaud.

Cette toiture forme un ensemble étanche exempt de couche susceptible de véhiculer l’air ou l’eau. En cas de défectuosité locale, l’eau ne s’infiltre pas. Les désordres sont limités.

On peut en général renoncer au pare-vapeur du fait que l’isolant et les joints entre plaques sont étanches à la vapeur.

Qu’est-ce qu’une toiture inversée ?

La toiture chaude inversée désigne la toiture plate dont l’étanchéité est placée sur le support et dont l’isolant est posé sur l’étanchéité. L’isolant est donc mouillé par les eaux pluviales, ce qui diminue ses performances. L’isolant est lesté.En cas de rénovation, dans un but d’amélioration de l’isolation de la toiture, la membrane d’étanchéité existante peut être conservée, si elle est encore bonne.

La membrane d’étanchéité fait en même temps office de pare-vapeur. La technique de la toiture inversée protège la membrane d’étanchéité contre les chocs thermiques et le rayonnement ultraviolet, et de ce fait, ralentit son vieillissement. Les structures porteuses en matières végétales ou en fibres organiques et minérales liées au moyen d’un liant minéral, doivent avoir une épaisseur minimale de 18 mm afin de garantir une résistance thermique minimale de 0.2 m²K/W (NIT 134 p31).

Une couche filtrante d’une charge surfacique d’au moins 120 gr/m² est placée entre l’isolant et la couche de lestage et de protection. Cette couche filtrante doit permettre la diffusion de vapeur, retenir peu d’eau et en rompre le film. Elle doit résister aux intempéries et être imputrescible. Il est déconseillé de poser deux couches d’isolant. Il peut, en effet, y avoir entre les deux couches un film d’eau qui agit en barrière de vapeur provoquant ainsi l’imprégnation de la couche inférieure par l’eau.

La couche filtrante et la couche d’usure doivent être perméables à la vapeur pour éviter le même phénomène. REM: La somme des résistances thermiques des couches situées sous l’étanchéité ne peut excéder 30 % de la résistance thermique globale afin d’éviter que de la condensation ne se forme avant l’étanchéité (vers l’intérieur). Lorsque les conditions climatiques intérieures sont très sévères (classe de climat IV) ou lorsque le support a un effet isolant, il est deplus nécessaire de déterminer par calcul l’absence de condensation sous l’étanchéité et l’absence de glace sous l’isolant.

Peut-on appliquer des enduits de plâtre dans une salle de bains ?

Les enduits de plâtre s’appliquent souvent et avec succès dans les salles de bains privées. Si toutefois les matériaux à base de plâtre sont exposés en permanence à l’humidité, ils finiront par se dégrader. Par conséquent, ils doivent être protégés aux endroits sensibles (p.ex. pourtour de baignoire et de douche) avec des produits ou systèmes spéciaux qui garantissent une parfaite étanchéité à l’eau. Dans le commerce, il existe des primers étanches tels que le l’Emulsion de bitume Knauf, utilisé en combinaison avec des bandes étanches pour les angles. Pour les zones particulièrement exposées (les douches), des mesures spéciales s’imposent. La meilleur solution dans ces zones est d’utiliser des enduits appropriés à base de ciment. Les angles des douches et les raccords avec les bacs et conduites exigent également une attention particulière. Il est en effet indispensable d’utiliser dans ce cas des colles et des mortiers résistants à l’humidité.

Combien de temps faut-il attendre avant d’appliquer une peinture, un papier peint ou un carrelage sur un enduit de plâtre ?

L’enduit de plâtre doit être complètement sec avant qu’il puisse être recouvert d’une couche de peinture ou d’un carrelage. Le local doit être chauffé, si nécessaire (l’air chaud peut absorber davantage d’humidité), mais il est encore bien plus important d’évacuer l’air humide au moyen d’une bonne ventilation ou en utilisant des déshumidificateurs de chantier spéciaux. Dans de bonnes conditions, un enduit de plâtre peut déjà être suffisamment sec après environ quatre semaines.

Quelle est la différence entre un enduit minéral et un enduit de plâtre ?

Tout ce qui est minéral existe dans la nature. Un enduit minéral est un enduit à base de ciment ou chaux ayant un grain de sable, marbre, pierre calcaire, etc.. A vrai dire, l’enduit de plâtre est également un enduit minéral étant donné que le cristal de gypse est un minerai. Et il existe également des enduits qui sont des mélanges de différents liants (p.ex. enduit à base de chaux-ciment).

Comment réaliser un joint entre un mur recouvert de plaques de plâtre et un mur plafonné qui se prolongent ?

Un mur constitué d’une maçonnerie et d’un enduit de plâtre ou un mur composé d’une ossature recouverte de plaques de plâtre sont deux systèmes totalement différents. Si ces murs sont dans le prolongement l’un de l’autre, on peut supposer que le raccord entre les différents matériaux (enduit de plâtre et plaque de plâtre) peut être rempli du produit de jointoiement utilisé pour le parachèvement des plaques de plâtre. Cette technique représente toutefois un risque bien réel de formation de fissures au niveau du raccord étant donné que les deux systèmes travaillent différemment. Par conséquent, cette technique n’est guère recommandée. La solution idéale est de prévoir un joint de dilatation au niveau du raccord. Ce joint peut être réalisé à l’aide d’une plaque de plâtre à bord droit (réalisation d’un « joint d’ombre décoratif ») ou à l’aide de profilés d’arrêt ou de dilatation pour plaques de plâtre.

Comment peut-on réparer des fissures dans une ancienne couche d’enduit ?

Pour ce faire, ouvrir les fissures en réalisant un V. Appliquer le Primer universel Knauf et remplir avec un produit de jointoiement dur du type Knauf Uniflott ou souple du type Knauf Renoband. Recouvrir ensuite le plafond avec une couche de peinture adéquate. Il va de soi qu’il faut s’assurer préalablement de la stabilité du support et déterminer la cause de la formation des fissures. La technique de réparation peut réussir si la formation de fissures est stabilisée et non évolutive. S’il existe un risque de voir réapparaître les fissures, appliquer une couche de peinture élastique qui prévient la formation de fissures. Ces peintures sont disponibles dans les commerces spécialisés. L’application d’une fibre de verre est une autre solution efficace qui permet de recouvrir les fissures. La fibre de verre existe en différentes structures mais également en version lisse, également appropriée pour ce type de travaux.

Peut-on appliquer un enduit de plâtre sur une maçonnerie en très mauvais état ?

Il est bien connu que les anciennes maçonneries sont poudreuses et peu stables. Quel que soit le prétraitement, l’adhérence de l’enduit ne sera jamais optimale. En revanche, on peut opter pour l’armature métallique spéciale Knauf Stucanet SN fixée au mur à l’aide de chevilles (attention : les chevilles doivent résister à la corrosion et être compatibles avec ce type de support). L’enduit est ensuite appliqué sur le support à travers l’armature. Il est également possible de poser une structure métallique ou en bois sur laquelle sont posées les plaques de plâtre conformément aux règles de l’art. Il est par conséquent possible d’agir indépendamment de la qualité du support.

Peut-on appliquer un enduit de plâtre tel que le Knauf Goldband sur des plaques de plâtre standard ?

Non. L’adhérence d’un enduit de plâtre épais sur une plaque de plâtre standard n’est jamais optimale. Même en utilisant un pont d’accrochage du type Knauf Betokontakt. Seules les plaques Stuc Knauf permettent une telle application. Celles-ci ont une largeur de 40 ou 60 cm, une longueur de 2 m et une épaisseur de 9,5 mm. Elles sont pourvues d’un carton absorbant spécial et leur placement nécessite le respect de directives bien précises. Respectez la feuille technique.

Les supports d’enduit Knauf Stucanet ou les plaques Knauf Stuc peuvent-ils être posés directement sur le pare-vapeur ou la couche d’isolant ?

Non, ce n’est pas conseillé. Poser un contre-lattage avant de poser le Knauf Stucanet ou les plaques Knauf Stuc. Cette technique permet de créer un vide entre la face arrière du support d’enduit et le pare-vapeur ou l’isolant qui favorise un séchage plus rapide de l’enduit. D’autre part, elle permet de bien appliquer l’enduit dans les ouvertures du Stucanet et les joints des plaques Knauf Stuc pour favoriser l’adhérence. Il n’est conseillé d’appuyer le support d’enduit contre le pare-vapeur ou l’isolant.

Les efflorescences présentes sur la maçonnerie peuvent-elles être à l’origine de problèmes ?

La présence d’efflorescences sur la surface d’un enduit ou d’une maçonnerie indique un problème de sels émanant de la maçonnerie. Cela peut causer des dégâts (perte d’adhérence, dégradation) au niveau de la couche d’enduit ou éventuellement, plus tard, de la couche de finition (revêtement, peinture…). Le risque dépend de facteurs divers tels que la nature ou la quantité des sels, la teneur en humidité du support, etc. Ce phénomène va souvent de pair avec un problème d’humidité.

Peut-on appliquer une couche d’enduit sur une peinture ?

L’application d’une couche d’enduit traditionnelle sur un support peint ne peut être garantie. Le risque que la couche de peinture se décolle sous le poids de la nouvelle couche humide est bien réel. Par ailleurs, l’adhérence de l’enduit ne sera jamais optimale, même avec un primer spécial appliqué préalablement. Les méthodes alternatives telles que l’utilisation de supports d’enduit, l’armature métallique Stucanet SN et les cloisons d’applique Knauf offrent une meilleure sécurité mais nécessitent aussi une épaisseur plus grosse de plusieurs centimètres. La solution la plus simple est l’application d’une fine couche d’enduit spécial. Pour ce faire, le support doit être préalablement nettoyé et dégraissé. Appliquer ensuite un primer spécial tel que le Knauf PG2 et une couche de Knauf F2F (synthétique et adhérent) en une épaisseur de quelques millimètres. Cette couche de finition peut être légèrement talochée après séchage complet.

Peut-on appliquer un enduit ou une plaque de plâtre directement sur la maçonnerie d’un âtre ou d’une cheminée ?

Il faut toujours tenir compte du fait qu’un matériau à base de plâtre ne résiste pas à des températures supérieures à 50°C. En présence de températures plus élevées, tout matériau à base de plâtre risque d’être endommagé. Si les cheminées sont bien isolées, la pose directe d’un enduit ou d’une plaque de plâtre est autorisée. En cas de doutes ou d’une isolation insuffisante, il est préférable d’opter pour une structure portante, une couche de laine de roche suffisamment épaisse et une plaque de plâtre. Les raccords avec des tuyaux d’évacuation métalliques doivent être découpés et également recouverts de laine de roche